istock-1037182588

Tout connaitre pour gérer sa mobilité professionnelle

La mobilité professionnelle peut être à la fois interne et externe.
La mobilité professionnelle interne va se concentrer sur l’évolution du salarié en interne c’est-à-dire au sein même de l’entreprise (et de ses filiales) et ce par différents biais. L’initiative de changer d’emploi pourra émaner de l’employeur (promotion…) ou du salarié (changement de service, déménagement…).
La mobilité externe elle est généralement à l’initiative du salarié qui souhaite quitter son poste actuel mais également sa société. La mobilité externe s’inscrira dans une démarche plus personnelle puisqu’elle concerne uniquement le collaborateur.

Afin d’éviter une mobilité externe (en dehors de l’entreprise et de ses filiales), il est important de mettre en place un parcours de mobilité interne au sein de l’entreprise si l’activité, la taille… le permette. Mais il est également important de communiquer à ce sujet afin d’en informer tous les collaborateurs pouvant en disposer.

Cependant, le principe de mobilité professionnelle n’est pas connu de tous. Vous trouverez ci-dessous nous conseils et nos explications afin de gérer au mieux sa mobilité professionnelle.

La mobilité professionnelle : définition

La mobilité professionnelle interne est une des branches de la GRH (Gestion des Ressources Humaines). Cette mobilité professionnelle peut être à l’initiative du salarié ou bien à l’initiative de l’employeur. Dans tous les cas elle consiste à faire évoluer la carrière d’un collaborateur de différentes manières (mobilité verticale, horizontal ou géographique).

La mobilité verticale consiste, pour le collaborateur, à changer de poste ET de niveau hiérarchique. On parle alors de promotion ou de rétrogradation. Exemple pour la promotion : un salarié actuellement Acheteur est promu au poste de Responsable du service achat.

La mobilité horizontale consiste, pour le collaborateur, à changer de poste sans changer de niveau hiérarchique. Exemple :  un collaborateur qui travaille actuellement au sein du service achat en tant qu’Acheteur et qui souhaiterait évoluer vers un poste de Commercial.

La mobilité géographique consiste à changer de lieu de travail sans pour autant changer de poste. La zone géographique concernée par cette mobilité est généralement indiquée dans une des clauses du contrat de travail. Exemple d’une mobilité géographique à l’initiative du salarié : un salarié qui est en poste en région parisienne et qui souhaite déménager à Marseille. Si l’entreprise a une filiale dans cette zone il pourra alors demander une mobilité géographique à son employeur sans pour autant que celui-ci soit obligé d’accepter. 

Ces 3 types de mobilités peuvent être combinées si par exemple un salarié qui occupe le poste d’Acheteur à Paris évolue et devient Responsable du service achat à Marseille. Il y aura alors une mobilité verticale et une mobilité géographique.

Mettre en place la mobilité professionnelle au sein de son entreprise

La mobilité professionnelle interne est possible de différentes manières ce qui lui permet d’être applicable dans la plupart des entreprises (PME, TPE…).

Comme indiqué précédemment, la mobilité professionnelle fait partie intégrante de la gestion des ressources humaines et plus particulièrement de la GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences). Afin qu’elle soit efficace, la mobilité professionnelle doit être prise en compte dans la stratégie GPEC afin d’être adapté à l’entreprise.

Il faut également communiquer de manière claire sur les pratiques mises en place au sein de la société. Les collaborateurs ne pourront pas en faire la demande s’ils ne savent pas qu’elle existe au sein de la société mais ils pourront également être surpris/inquiets concernant le déroulement du processus si la mobilité est à l’initiative de l’employeur.
Pour communiquer efficacement il est important de se mettre à la place d’un collaborateur pour qui ce n’est pas le métier afin de décrire précisément le processus. Il faut également que le support soit agréable à regarder et qu’il soit concis. Enfin, il faut que le support soit diffusé via des canaux de communication utilisés et consultés par les collaborateurs.
Le moyen le plus simple et efficace pour en parler reste l’entretien professionnel puisqu’il a lieu tous les 2 ans et qu’il permet de parler de ses souhaits d’évolution professionnelle.

Il est important de prendre du recule lorsqu’on met en place le principe de mobilité professionnel au sein d’une entreprise car certains aspects ne sont pas à négliger comme inclure une clause de mobilité dans le contrat de travail afin de contractualiser ce qui est faisable ou non.

Pour faciliter la gestion des mobilités internes pour les employeurs et faciliter les demandes de mobilité pour les collaborateurs il existe des outils digitaux permettant de recenser les souhaits, de recenser les offres disponibles en interne…

Les avantages de la mobilité professionnelle

La mobilité professionnelle interne est un levier de productivité qui est source de performance, de motivation et d’épanouissement pour les salariés.

Elle permet aux salariés d’évoluer au sein de leur entreprise en développant leurs compétences, leurs savoirs et leur employabilité. Elle permet également d’éviter les bore-out (= ennuie au travail) et potentiellement de favoriser l’équilibre vie professionnelle et vie personnelle.

La mobilité professionnelle va permettre à l’employeur de garder ses collaborateurs en interne et donc d’éviter des frais de gestion du personnel notamment sur la partie recrutement, formation (sur le secteur d’activité, sur les logiciels…).
Il va également pouvoir gérer ses talents et donc conserver en interne les savoirs, les connaissances... acquis par les collaborateurs.

Un avantage indirect que peut avoir la mobilité professionnelle, géographique principalement, est de réduire l’impact écologique. En effet, un salarié qui prenait sa voiture pour venir travailler sur un site basé à 50km de chez lui pourra privilégier le vélo s’il est muté sur un site plus prêt ou bien s’il déménage dans une autre ville et que la localisation du site est plus proche de son domicile.

Les inconvénients de la mobilité professionnelle

Les salariés peuvent être réfractaires à la mobilité professionnelle interne notamment sur la partie mobilité géographique. Il faut donc être vigilent concernant les réticences des collaborateurs afin de pouvoir les anticiper et communiquer dessus.

Ensuite, un plan de mobilité professionnelle peut être prometteur cependant s’il n’est pas connu des collaborateurs il ne sera pas utile et donc il n’impactera pas positivement la productivité.

Pour finir, la mobilité qu’elle soit verticale, horizontale ou géographique peut engendrer des coûts de formation qui sont à prévoir par les équipes RH dans le budget alloué à la formation professionnelle.

Malgré les quelques inconvénients que peut avoir la mobilité professionnelle, la loi impose, depuis le 1er janvier 2018 en France, que toutes les entreprises de plus de 100 employés sont dans l'obligation d'appliquer le Plan Mobilité Entreprise.

Nos autres articles dédiés au recrutement et à la recherche d'emploi

Nos partenaires
A PROPOS
ESPACE CANDIDATS
LIENS UTILES
Logo CABRH

© Tous droits réservés - LE CABRH - 2022